vendredi, 08 août 2014 07:03

La religion crucifiée

Écrit par

François Vouga
La religion crucifiée
Genève, Labor et Fides 2013, 192 p.

Le propos de cet essai est « d'exposer la pertinence libératrice de la Croix ». Le théologien protestant François Vouga introduit son livre par ces mots : « Jésus est mort pour nous libérer de nous-même et de la religion. » 
Il interroge la théologie médiévale ainsi que les catéchismes de la Réforme qui ont fixé une lecture sacrificielle de la Passion et fait peser sur l'être humain la culpabilité de la mort du Christ sacrifié, au détriment de la vérité de l'Evangile qui libère l'homme. L'Eglise primitive déjà, dans son besoin de s'unifier autour du pouvoir exclusif de l'évêque, avait provoqué un « retournement de l'Evangile », exposant la mort de Jésus comme un idéal de perfection, invitant les croyants à imiter par le martyre les souffrances du Christ.
Dans la première partie, l'auteur débat de l'interprétation sacrificielle. Partant d'Anselme de Cantorbéry, il nous conduit à Luther et à Calvin, pour nous parler d'une oeuvre de Franck Martin, Golgotha, qui propose « une interprétation séculière de la Croix pour l'humanité ». Dans la seconde partie, l'auteur étudie les lectures de la mort de Jésus présentes dans les différents textes du Nouveau Testament. 
L'envoi de l'ouvrage ouvre des horizons théologiques : la mort de Jésus oblige à un travail d'interprétation et de sens ; elle est une Révélation, elle est le fondement de la sécularisation. 
« La Croix définit le sens d'une Eglise qui n'est pas chargée de la gestion du sacré, mais du déplacement de la transcendance dans la reconnaissance inconditionnelle des personnes... C'est dire que la force et la grandeur du christianisme fondé sur la révélation de la Croix ne résident ni dans la puissance de l'Eglise ni dans la magnificence de ses cérémonies et de ses apparats, mais dans la force de conviction et dans l'engagement quotidien des croyants. » A lire absolument !

Lu 1461 fois

Recherche