vendredi, 02 octobre 2015 07:14

Le prêtre et l’imam

Écrit par

Christophe Roucou, Tareq Oubrou
Le prêtre et l’imam
Montrouge, Bayard 2013, 190 p.

La présence d’une communauté musulmane en France, mais aussi en Suisse, est un fait incontournable. Chrétiens et musulmans doivent vivre ensemble. Pourtant la peur de l’islam est en augmentation chez les chrétiens et certains musulmans se radicalisent. 
Forts de ces constatations, le Père Christophe Roucou, directeur du Service national pour les relations avec l’islam (SRI), et l’imam Tareq Oubrou, recteur de la Grande mosquée de Bordeaux, ont décidé de dialoguer à l’occasion d’un entretien avec Antoine d’Abbundo, rédacteur en chef du magazine Pèlerin.
Dialoguer, dit Tarek Oubrou, « c’est prendre le risque de relativiser ses convictions, de sortir de l’absolutisme et du confort qu’offre la cohérence de son propre système, le risque de se perdre au moins en partie dans l’autre ». Les deux interviewés, sans concession l’un envers l’autre, n’éludent aucune question qui dérange ou qui choque, en commençant par la plus difficile : chrétiens et musulmans ont-ils le même Dieu ? Ils parlent de la laïcité, du mal et de la souffrance, du djihad, du vivre ensemble, des coutumes des uns et des autres, des frustrations…
Le livre se lit facilement. On y apprend beaucoup et on en ressort plus fort. Les différences ou les oppositions étant clairement posées, on peut imaginer un chemin pour vivre ensemble, même s’il est clair pour Christophe Roucou et pour Tareq Oubrou qu’il sera long et difficile. Je ne
dirais donc pas comme le cardinal Jean- Louis Tauran : « Quand vous refermerez ce livre vous serez plus optimiste. » 
Une certitude néanmoins : il faut à tout instant promouvoir le dialogue et la rencontre, et cela dès l’école. Et il faut aussi avoir à l’esprit que, concernant la Vérité, « qui aura tort qui aura raison ? Dieu seul le sait ». Cela rend plus humble et plus accueillant. Un regret néanmoins : ce qui est dit est tellement volontariste qu’il man que, pour moi, le souffle de l’Esprit. J’au rais aimé le sentir à un moment ou à un autre dans le livre.

 

Lu 496 fois