lundi, 26 octobre 2015 08:24

Guérir de la blessure du père

Écrit par

Joël Pralong
Guérir de la blessure du père
Nuan-le-Fuzelier, Béatitudes 2015, 108 p.

« La débâcle des pères redouble l’incertitude des fils », écrivait Daniel Roche. L’abbé Pralong a souffert, comme beaucoup, d’avoir eu trop peu de contact avec son papa dans son enfance. 
Ayant été à l’écoute de nombreuses personnes, blessées comme lui par « le manque de père », il est à même d’analyser les conséquences personnelles et sociales de cette blessure. Elles sont multiples : perte des repères éthiques, fuite des responsabilités, difficultés à trouver son identité d’homme et de femme. A ce sujet il porte un regard lucide et critique sur la théorie du genre, décrivant ses limites dans différents pays. 
L’auteur préconise un traitement de choc, « l’Abba-thérapie », remarquablement illustrée par « l’enfant prodigue » de Rembrandt. Le Père connaît nos blessures, il veut nous guérir. L’Abba-thérapie nous conduit à reconnaître que le Père est prodigue en amour, en miséricorde et en confiance. Joël Pralong a éprouvé que cette thérapie change notre regard sur nous-mêmes et sur les autres, qu’elle éveille la volonté de bâtir un climat de communion dans nos lieux de vie. 
L’abbé Pralong se compare, aujourd’hui encore, à un goéland blessé, mais qui a repris son envol, le bec tendu vers le Père du Ciel, les ailes gonflées par son Esprit d’amour, et surtout avec l’oeil plus pénétrant pour comprendre la misère des autres. 
Après qu’il eut achevé son manuscrit, son père s’est éteint paisiblement auprès de lui. Il y voit la marque du Père Eternel, qui lui inspira de regarder et de partager l’évolution de ses relations avec son père, qui aboutirent sur une profonde réconciliation. Avec perspicacité, délicatesse et humour, l’auteur nous entraîne à devenir toujours davantage fils et filles bien-aimé(e)s du Père.

Lu 606 fois