lundi, 26 octobre 2015 08:28

Vivre sans pourquoi

Écrit par

Alexandre Jollien
Vivre sans pourquoi
Itinéraire spirituel d’un philosophe
en Corée
Paris, Seuil 2015, 332 p.

On peut résumer la démarche spirituelle en quelques mots : vivre dans « l’ici ou maintenant », vivre sans pourquoi, vivre le nonattachement… Il est facile de discourir sur ces notions, mais il y a un abîme entre le discours et la pratique qui demande des heures et des heures de méditation. La spiritualité n’est pas une fuite de la réalité, bien au contraire. Elle commence à dépouiller Dieu de toutes ses étiquettes. 
Ce chemin de la sagesse emprunte décidément bien des détours. Alexandre Jollien a passé un an en famille en Corée du Sud, pour y suivre un cheminement spirituel accompagné par le Père Bernard Senecal, jésuite et bouddhiste zen (qui vient chaque année animer une retraite de huit jours à Notre-Dame de la Route, à Villars-sur-Glâne). « Je suis un disciple du Christ qui se met à l’école du Bouddha. Le zen vient tuer une à une les idoles », écrit Alexandre Jollien. 
Le philosophe nous livre son expérience et ses réflexions spirituelles dans les récits de son quotidien, ses doutes, ses difficultés, comme « le mental FM qui diffuse son verbiage du matin au soir… La méditation nous empêche de nous recroqueviller et de nous ratatiner sur nous-même… Vivre sans pourquoi, c’est arrêter de prouver quoi que ce soit et aimer le premier venu sans rien exiger de lui en retour… C’est vivre sans feuille de route dans un complet abandon… C’est naître et mourir à chaque instant. » 
Je sais gré à l’auteur de n’être pas entré dans la discussion intellectuelle de savoir si le christianisme est « compatible » avec le bouddhisme. Son témoignage, poignant et courageux, rejoint « le tonique désapprentissage » d’une telle démarche enracinée dans la vie de tous les jours, jusqu’à ce que nous arrivions, avec des hauts et des bas, à « danser dans l’impermanence », comme il le dit si bien. Il nous convainc de rejoindre la bande des « sans pourquoi » !

Lu 584 fois