mardi, 10 novembre 2015 09:30

L’Ombre d’Hélène

Écrit par

Pierre-Alain Tache
L’Ombre d’Hélène
suivi de La fausse morte
Genève, Zoe 2015, 144 p.

Un homme, jeune encore (l’auteur), à la lecture d’un roman du poète Pierre Jean Jou ve, qu’il admire beaucoup, se sent envahi par la présence de l’héroïne. L’histoire se passe en Haute-Engadine et à Soglio, Val Bregalia, vallées qu’il ne connaît pas en core. L’héroïne prend possession de son être intérieur et va l’obséder pendant des années. Il la cherche dans des villages valaisans où il passe des vacances, puis découvre enfin l’Engadine et son air d’une transparence à nulle autre pareille. Il se penche sur la tombe décrite par Pierre Jean Jouve, et la morte et son jeune amant l’environnent. 
La première partie du livre, écrite en prose, est une tentative de comprendre cette obses sion à travers psychanalyse, lectures, réflexions intenses et interrogations du mystère. Il dira d’Hélène qu’elle est un seuil parce qu’en elle s’effectue « le passage du monde profane au monde sacré », et que la rencontre d’Eros et de Thanatos provoque à chaque fois une étincelle céleste comme une irruption dans l’air du sacré. Pour l’auteur, elle est Juliette, Yseult, Ophélie. La deuxième partie est un long et splendide poème sur cette morte : Hélène. 
Livre prenant, obsédant, que vous ne quittez plus dès que vous l’avez ouvert. J’ai tenté de le faire ... parfois agacée par une telle obsession, mais n’y suis pas parvenue ! Pourtant, l’auteur nous invite à comprendre qu’un personnage, aussi fictif soit-il, n’est jamais qu’un morceau intime de nous-mêmes.

Lu 602 fois