jeudi, 04 février 2016 15:39

Le regard du Bon Pasteur

Écrit par

Christoph Schönborn
Le regard du Bon Pasteur
Mariage et conversion pastorale
Entretien avec le Père Antonio Spadaro sj
Paris/Rome, Parole et Silence/La Civiltá Cattolica 2015, 140 p.

Deux membres du dernier Synode dialoguent sur le mariage et la famille dans le monde d’aujourd’hui, sur les situations irrégulières et sur le style de gouvernement du pape François. Le Père Spadaro sj, directeur de la revue jésuite La Civiltà Cattolica, interroge le cardinal archevêque de Vienne. Ses questions ont le mérite de susciter des réponses claires de la part de l’ancien professeur de l’Université de Fribourg. 
Parce qu’il est lui-même enfant de divorcés, Mgr Schönborn parle en connaissance de cause et comme de l’intérieur des problèmes actuels du mariage et de la famille. En insistant sur la nécessité de sortir des livres et des dogmatismes pour rejoindre les personnes dans leur vie, le théologien dominicain se montre un vrai pasteur, ouvert et attentif à la détresse et à la souffrance des personnes, qu’il veut rejoindre dans le concret de leur existence. Si l’Eglise parle du mariage et de la famille comme d’un idéal, il souligne que cet idéal est inséré dans un cadre historique marqué par des courants culturels qui ne puisent pas nécessairement leur inspiration dans l’enseignement de l’Eglise. En renvoyant son interlocuteur à l’Evangile et à l’exemple du Christ, il lui propose de très belles interprétations de la rencontre de Jésus avec la Samaritaine et la femme adultère. 
L’entretien se poursuit sur la synodalité, le style de gouvernement du pape François qui, selon le cardinal, veut faire vivre les Exercices à toute l’Eglise, en l’invitant au discernement plus qu’à l’affirmation pure et dure de la doctrine. A plusieurs reprises, il souligne le style ignatien du pape jésuite. Un petit livre dont le ton plein de miséricorde pourra inspirer les pasteurs et consoler les fidèles. Malheureusement, une fois de plus l’éditeur, en mal de correcteur, a laissé passer pas mal d’erreurs et de coquilles. 

Lu 451 fois